Swipe to the left

Revivez les jeux olympiques de Paris 1924. Episode 2 : La folle journée de Paavo Nurmi.

Revivez les jeux olympiques de Paris 1924. Episode 2 : La folle journée de Paavo Nurmi.
Par Sylvain Bazin 8 novembre 2017 13386 Vues Aucun commentaires

Revivez les jeux olympiques de Paris 1924. Episode 2 : La folle journée de Paavo Nurmi.

Paavo Nurmi, le finlandais volant, réalise un exploit inédit : remporter les finales olympiques du 5000 m et du 10 000 m en moins de deux heures! Et devant les meilleurs spécialistes mondiaux...

 Paavo Nurmi

Nous sommes le 10 juillet 1924. Aujourd’hui, c’est un peu le jour du demi-fond. Ce sont les hommes au souffle inépuisable et aux jambes à la fois rapides et endurantes qui vont s’exprimer. Car les finales du 1500 m et du 5000 m vont se dérouler à moins de deux heures d’intervalle!

La vedette des Jeux

La grande attraction de ces deux épreuves est un coureur venu du froid. Des vastes forêts finlandaises. Paavo Nurmi, champion olympique du 10 000 m à Anvers il y a quatre ans, va en effet tenter de remporter à nouveau l’or olympique sur ces deux distances. Il n’a pas défendu son titre sur le 10 kilomètre, où son compatriote Vile Ritola a fait sensation. Mais il est bien décidé à marquer les esprits.
Depuis Anvers, où il avait été devancé par Joseph Guillemot (le grand absent de ces jeux, qui a eu des différends avec la fédération française d’athlétisme et n’est pas qualifié), Paavo Nurmi a encore progressé. Il est sans conteste le meilleur coureur de longues distances du monde, à moins que Ritola ne prouve le contraire dans quelques heures. Car les deux hommes vont se retrouver sur le 5000 m dans quelques heures. Cependant pour Nurmi ce doublé s’annonce difficile car il aura le 1500 m dans les jambes, couru à peine deux heures plus tôt!

Paavo Nurmi Paris 1924

Le 1500 au départ

Nous sommes au départ du 1500 m. Les douze finalistes sont sur la cendrée, alignés sur la ligne de départ; trois tours et trois quart de piste à couvrir. Nurmi est bien là. Hier, il a remporté sa série, où il fallait se classait dans les deux premiers pour assurer sa place en finale. Une formalité accomplie en 4’07” pour celui qui a établi le mois dernier un nouveau record du monde de la distance en 3’52”6.
Il aura tout de même à surveiller ses compatriotes Liewendahl et Luoma, ainsi que les redoutables anglais Stallard et surtout Douglas Lowe, le meilleur coureur de 800 m au monde. Enfin côté français on note la présence de René Wiriath, brillant vainqueur de sa série.

La tactique “qui m’aime me suive”

Nurmi a pris la tête d’entrée. Fidèle à sa tactique, puisqu’il est un adepte de la course en tête “si vous vous débarrassez de vos adversaires au train, vous n’avez pas à sprinter” a t il déclaré. Les anglais et le suisse Willy Shärer sont les seuls à pouvoir s’accrocher. Mais Paavo Nurmi creuse tout de même l’écart de sa longue foulée régulière.

Nurmi l’emporte en 3’53”6, à une seconde de son record du monde. Il est champion olympique du 1500 m! Première levée de son doublé, peut-être!

C’est le suisse Wiriath qui arrache la seconde place, en 3’55”. Il devance les deux anglais Stallard et Lowe. Le français Wiriath n’a pas résisté, 10e. Les deux autres finlandais sont aussi très loin, 8e, 9 e et 12e.
Comment Paavo Nurmi va-t-il pouvoir se reposer et dans quel état d’esprit va t il aborder le 5000 m, dans moins de deux heures maintenant ? C’est difficile à dire, car le finlandais est une véritable porte de prison. Son visage n’exprime quasiment rien, il semble rester concentré même après cette victoire. L’enthousiasme de la foule ne le touche apparemment pas.

ritola, nurmi, Wide

Deuxième levée sur 5000m.

Moins d’une heure plus tard, nous retrouvons donc Paavo Nurmi au départ du 5000 m. Il y retrouve deux adversaires redoutables : son compatriote Ville Ritola, vainqueur du 10 000 m en début de Jeux Olympiques. Il y a devancé le suédois Edwin Wide, qui sera lui aussi au départ de ce 5000 m. Sur le 10 kms, Ville a établi un nouveau record du monde en 30’22”. Celui qui vit et s’entraîne aux Etats-Unis saura-t-il se montrer plus rapide que Nurmi? Il se peut que Ritola soit également fatigué car après le 10 000 m il a aussi remporté le 3000 m steeple, en 9 mn 3s. Mais tout de même, il a eu un peu plus de temps pour récupérer. Et Wide tiendra-t-il tête aux deux finlandais ?
Les autres concurrents paraissent moins bien armés. Côté français on compte sur Lucien Dolques et Léon Mascaux pour assurer de bonnes places!
Dès le départ, les deux finlandais se portent en tête. Le suédois (qui est né en Finlande également) s’accroche. Mais il ne peut résister longtemps et cède après deux kilomètres de course. Les autres coureurs sont déjà loin.
C’est un mano à mano entre les deux coureurs au maillot à la croix bleue. Ritola tente sa chance : il attaque de loin! Mais Nurmi ne semble pas avoir de problème pour suivre.
Au sprint Paavo repasse devant Ville et l’emporte en 14’31”2, avec deux dixièmes de seconde d’avance sur son dauphin. C’est très peu, mais ça suffit pour marquer sa supériorité et confirmer son statut de leader mondial du demi-fond.
Edwin Wide est 3e, à plus de trente secondes. Le français Dolques se classe à une belle 7e place.

Le finlandais vainqueur de la canicule.

L’exploit de Nurmi a frappé les esprits. Tout le monde n’a d’yeux que pour lui lorsque le lendemain les coureurs se présentent au départ du cross-country. Plus de dix kilomètres sont prévus sur un parcours tout-terrain. La chaleur est bien plus forte que la veille. Ritola est également sur la ligne. C’est un peu la belle entre les deux coureurs du nord.

La canicule qui règne sur le Pré Catelan va avoir raison de 39 coureurs! Les abandons se succèdent, tandis que de nombreux concurrents avancent à grande peine.
Pour Nurmi, c’est plutôt une promenade de santé. Cette fois, Ritola abdique plus tôt et c’est détaché que Paavo aborde la dernière ligne droite. Cette fois-ci, il salue la foule. Il est vraiment devenu la grande vedette de ces Jeux Olympiques de Paris. Et une des grandes légendes de l’athlétisme.

 Nurmin devant Ritola